Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histopole

Manifestations en Chine : un nouveau Tian'anmen ?

30 Novembre 2022 , Rédigé par Benoît Publié dans #Histoire contemporaine

Si en France les manifestations sont monnaie courante ; de l'autre côté du monde, en Chine, c'est loin d’être le cas. Pourtant et depuis plusieurs mois déjà, des mouvements de contestation sont montés contre la politique dite « zéro covid ». Début novembre 2022, les tensions avec les autorités chinoises s'intensifient avec des manifestations émaillées de heurts violents avec la police. Le 24 novembre, l'incendie meurtrier d'un immeuble à Ürümqui dans la province du Xinjiang provoque une onde de choc dans l'opinion publique chinoise qui fait le lien entre les strictes mesures de confinement et le drame.

Shanghai, Nanjing, Pékin, furent, entre autres, les témoins d'une critique anti-gouvernementale adressée à la fois par les milieux étudiants, la classe moyenne et les ouvriers. Des faits historiques, tant la critique du parti est sévèrement, voir violemment réprimée.

Des manifestants arborent une feuille de papier blanc pour dénoncer la censure.
Des manifestants arborent une feuille de papier blanc pour dénoncer la censure.

Le précédent, souvent donné dans les médias est celui des manifestations de la place Tian'anmen entre le 15 avril et le 4 juin 1989. Elles s'étaient terminées par une répression armée et coûteuse en vies humaines.

 

Tian'anmen, que s'est-il passé ?

 

Le contexte est celui d'une Chine connaissant des troubles économiques sur fond d'inégalités sociales de plus en plus marquées. L'ouverture du marché chinois aux investissements extérieurs avait eu pour conséquence délétère une corruption grandissante des autorités politiques. En réaction, des mouvements de contestation prenaient de l'ampleur au sein des milieux étudiants, intellectuels et ouvriers. D'autres réformes étaient demandées en particulier sur les points des libertés et de la démocratie. Dans le parti communiste, deux lignes s'affrontaient : les conservateurs et les réformistes. Ces derniers cherchaient une solution négociée avec les manifestants, mais cela n'aboutit pas. Les réformistes furent mis en minorité. La ligne dure a été adoptée et la loi martiale décrétée. Si des dissensions ont pu apparaître dans les forces armées mobilisées, la répression du mouvement se fit dans le sang. Le bilan des tués est encore mal connu. En juin 1989, le gouvernement chinois avait déclaré la mort de 200 civils et de plusieurs dizaines de membres du personnel de sécurité. Certaines estimations varient de quelques centaines à des milliers. Sir Allan Donald, alors ambassadeur britannique en Chine indiqua que 10 000 personnes avaient été tuées1.

Cet épisode fondamental de l'histoire moderne de la Chine fut immortalisé aux yeux du monde avec la photographie du célèbre tank man.

Tank man

Dans les mémoires chinoises, il en va autrement, cet épisode reste tabou pour ceux qui l'on connu, et censuré par le gouvernement chinois. « Qui contrôle le passé, contrôle l'avenir » écrivait Georges Orwell dans « 1984 ».

De nos jours, l'on peut voir des points de correspondances entre les manifestations de Tian'anmen et les contestations actuelles. Le même désir de liberté et de démocratie se déclare parmi les étudiants, les membres de la classe moyenne et les ouvriers. Les mesures anti-covid ne faisant que cristalliser des revendications plus profondes. Maintenant une question se pose : l'Histoire se répétera-t-elle ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article